Je ne sais pas si Daniel Camelot un jour a regardé la vie parce
qu’il aimait la vie, ou s’il a commencé à aimer la vie parce qu’il
la regardait. En tout cas le résultat est là.
Il dit qu’il a toujours voulu réunir dans la peinture la musique,
la danse, la poésie. Il nous convie à une promenade où les
couleurs chantent, où l’on trouve le rythme de la composition
et la vivacité du mouvement,
où l’harmonie est la règle.
Il nous promène en France,
de la région parisienne, qui fut
le cadre de son adolescence,
Rambouillet ou Ménilmontant,
en passant par l’Ouest où il
réside, cette Touraine dont il
maîtrise si bien l’infinité des
bleus, bleus des ciels, du fleuve
ou de l’ardoise des toits, à
un Languedoc aimé, presque
espagnol. Je pense au “
Cœur
cousu”
dont le décor imaginaire
l’a inspiré avant même qu’il
découvre l’Espagne dont ce
roman lui avait fait rêver.
Et avec lui nous sommes dans
les livres, car ses tableaux sont
aussi des lectures : une page
suffit à lui inspirer un paysage
ou une scène, un tableau l’y
ramène.
Partez en promenade avec lui
et la douceur du monde vous
éblouira.
I do not know if one day Daniel Camelot looked at life because
he loved life, or if he started to love life because he looked
at it. In any case one can see
the result.
He says that he has always wan-
ted to unite music, dance and
poetry in painting. He invites
us on a walk where colours sing,
where we find the rhythm of
composition and the liveliness
of movement, where harmony
is the rule.
He takes us through France,
from the Paris area which
was the setting for his youth,
Rambouillet or Ménilmontant,
through the West where he
lives, this Touraine whose infi-
nity of blues he masters so well,
blues of the sky, of the river
or of the slates on the roofs,
to a beloved, almost Spanish,
Languedoc. I think of Le
Coeur Cousu”
whose imaginary
scenery inspired him even
before he discovered the Spain
of which the novel had made
him dream.
And with him we are within books, because his paintings are
also readings ; one page is enough to inspire in him a landscape
or a scene, one picture takes him back.
Walk with him and the sweetness of the world will dazzle you.
Anne Creuchet